Dr Ahmed Dieme

Recherches – publications et conférences.

Ce sont les trois sections de l'institut. Mais nous entendons nous démarquer un peu de la recherche classique, avec les schémas d'enquêtes ou de questionnaires, guidés par le principe de l'objectivité froide. Certes nous garderons le caractère scientifique de nos productions, mais nous laisserons l'objet étudié nous dicter les méthodes requises pour produire du sens. Du coup, il s’agira aussi d’inventer des méthodes au fur et à mesure de la production. Car, nous avons choisi de nous départir d’a priori, y compris méthodologique.

Ainsi, nous accorderons plus de place à l'actualité, aux événements en train de se dérouler, au lieu de saisir uniquement les choses sur une longue durée. En scrutant l’événement y émerge de nouveaux savoirs. D'où le recours aux techniques journalistiques. Si un article est produit, une analyse et des commentaires scientifiques en seront fournis. Le champ de recherches, ce sont les conflits, les processus de transformations socio politiques, l’archéo-modernisme socio politique, les crises des Etats et des Nations. L'enjeu étant de voir comment se construisent et se déconstruisent les entités politiques.

Il y aura une place réservée à la critique de la médiatisation des conflits africains par les médias occidentaux. Il s'y ajoute que les questions socio-économiques, notamment relatives aux déséquilibres écologiques occuperont une place non négligeable. En outre, l’institut fait le choix risqué d’ouvrir son espace de productions à toutes les élites des mouvements irrédentistes et politico religieux d’Afrique. Le but ne sera pas tant d’offrir un espace de propagande, mais de laisser s’exprimer, au nom du savoir illimité, les discours dits radicaux. Peut-être qu’en leur sein, il existe des nouveautés.